Historique

Le 5 mai 2004, le CLIFAD a gardé son acronyme, mais il est devenu le Comité de liaison interordres en formation à distance.

Créé en 1994, le CLIFAD (Comité de liaison en formation à distance) est né d’une volonté de collaboration entre les trois établissements totalement dédiés à la formation à distance au Québec, soit la SOFAD (Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec), le Cégep à distance et la Télé-université (Téluq). Le Comité s’est alors donné le mandat de promouvoir la formation à distance et d’en défendre les intérêts.

Dans ses premières années d'existence, le CLIFAD :

  • a produit deux éditions de La formation à distance vue de près, un document d'information sur la formation à distance au Québec;
  • a organisé deux colloques;
  • a présenté des mémoires et est intervenu aux audiences relatives au projet de politique de formation continue;
  • a participé à des salons tels que le Salon de l'éducation, le Forum de la francophonie ainsi que le Salon informatique / affaires de Québec;
  • a été présent au Marché mondial de l'éducation à Vancouver.

En 1998-1999, en collaboration avec le ministère de l'Éducation, le CLIFAD a réalisé une campagne de promotion de la formation à distance, notamment par la distribution dans le réseau des bibliothèques du Québec, de dépliants et d'affiches présentant les avantages de la formation à distance et par la remise de signets aux usagers des bibliothèques.

Au fil des ans, le CLIFAD poursuivait régulièrement ses actions afin de faire reconnaître les forces de la formation à distance, spécialement auprès de l’appareil gouvernemental.

En mai 2003, le Groupe intersectoriel de travail sur la formation à distance du ministère de l'Éducation publiait son rapport dans lequel, après avoir reconnu le rôle essentiel que le CLIFAD joue pour une concertation interordre en formation à distance, suggérait que celui-ci élargisse sa composition et son mandat pour être plus représentatif de l'ensemble des acteurs de la formation à distance au Québec.

Le CLIFAD s’était déjà engagé dans cette voie. Tous les travaux menés pour brosser un Portrait de la situation en formation à distance au Québec durant l’année 2001-2002 l’ont été sous la gouverne d’un Comité conseil, autrement dit un CLIFAD élargi, pour inclure des universités bi-modales et des représentants des commissions scolaires qui offrent la formation à distance.

Après quelques mois de travail consacrés à préciser les balises délimitant sa structure, son fonctionnement et son financement, le CLIFAD nouveau a été officiellement créé le 5 mai 2004, à Pointe-du-Lac, en présence de représentants de huit organismes entièrement ou partiellement engagés dans l’offre de formation à distance.

Depuis ce temps, le CLIFAD a été particulièrement visible en organisant, les 14 et 15 novembre 2007, au Complexe des sciences Pierre-Dansereau de l'UQAM, le Forum québécois de la formation à distance. Ce forum a réuni, sur invitation, une centaine de personnes venant des différents milieux de l'éducation, du monde syndical, du patronat, d'associations et du réseau gouvernemental, des personnes qui ont une influence dans le paysage éducatif québécois.

À cette occasion, le CLIFAD a publié Soixante ans de formation à distance au Québec, un document relatant l'histoire et l'évolution de ce mode de formation au Québec.

À cette occasion également a été lancé le Portail de la formation à distance au Québec, une autre initiative du CLIFAD. Ce site d'information présente de façon simple, mais suffisamment détaillée, l'éventail des cours (plus de 1 000 en ce moment) et la liste des programmes présentement offerts par les différents établissements oeuvrant en formation à distance qui sont membres du CLIFAD.

Depuis 2008, des invitations ont été lancées à d'autres institutions ayant une offre en formation à distance. Cela a permis d'élargir de nouveau les cadres du CLIFAD qui compte maintenant treize institutions membres.

Le CLIFAD a déposé un plan d'action 2008-2010 au ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, membre observateur du CLIFAD et ministère qui subventionne son fonctionnement.